Actualités

Suivez toutes les actualités du laboratoire et de sa communauté.

Filtrer par

Un mouvement de spins d’électrons compatible avec des mémoires magnétiques

Certaines propriétés du spin des électrons peuvent servir à des dispositifs spintroniques et au stockage d’une information magnétique. Parmi elles, le mouvement de précession dans le champ d’un matériau magnétique a déjà été observé, mais avec des faisceaux d’électrons de trop haute énergie pour être compatibles avec l’électronique moderne. Grâce à un tour de force expérimental de chercheurs de l’IJL (CNRS/Université de Lorraine), du SPINTEC (CNRS/CEA/UGA), de l’IPCMS (CNRS/Université de Strasbourg) et de l’Université de Cluj-Napoca (Roumanie), le phénomène a enfin été observé pour des électrons de plus faible énergie. Publiés dans la revue Annalen der Physik, ces travaux ouvrent la voie vers de nouvelles applications en spintronique.

Une molécule à la pointe pour cartographier le magnétisme à l’échelle atomique

Observer et contrôler le magnétisme de surface à l’échelle atomique est un enjeu majeur dans la recherche d’un stockage magnétique de plus en plus performant. Grâce à une molécule magnétique greffée sur la pointe d’un microscope à effet tunnel, des physiciens ont mis au point une sonde versatile donnant accès à une double information sur le magnétisme à l’échelle atomique.

Contrôler les liquides sans parois solides grâce au magnétisme

Imaginez un tube liquide sans parois solides capable de faire circuler d’autres liquides à l’échelle microscopique. C’est le dispositif inventé par des chercheurs de l’Institut de science et d’ingénierie supramoléculaires (Isis) et de l’Institut de physique et de chimie des matériaux de Strasbourg (IPCMS) qui utilisent le champ magnétique pour contrôler ces tuyaux composés de nanoparticules d’oxyde de fer…

La catalyse non linéaire hyperpositive…

Certaines molécules existent en deux variantes symétriques, mais non superposables : les énantiomères. Malgré ce que l’on pourrait penser, ces deux versions ne sont pas présentes en quantités égales dans la nature, sans que l’on sache ni où ni quand ce déséquilibre est apparu dans l’histoire de la vie. Des chercheurs de l’Institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg (IPCMS, CNRS/Université de Strasbourg) ont prouvé qu’avec des catalyseurs pourtant en nombre quasiment égal, on pouvait favoriser grandement la formation d’un énantiomère au détriment de son image miroir….
1